Supplémentation en nitrate et flux sanguin

Richards, J.C., Racine, M.L., Hearon Jr., C.M., Kunkel, M., Luckasen, G.J., Larson, D.G., Allen, J.D. and Dinenno, F.A. (2018) Acute ingestion of dietary nitrate increases muscle blood flow via local vasodilation during handgrip exercise in young adults. Physiological Reports, 6 (2), e13572

(voir le texte entier ici)

L’étude menée chez 11 jeunes adultes (6 hommes et 5 femmes; âge moyen: 25 ans) par les auteurs américains [Fort Collins et Loveland, Colorado; Charlottesville, Virginie; Durham, Caroline du Nord] se propose de vérifier si une ingestion de nitrate NO3- est ou non accompagnée d’une augmentation de la vasodilatation et du flux sanguin à l’avant-bras, lors de l’effort.

Le timing de l’étude effectuée est le suivant:

- 0-4 mn: 4 minutes de repos,

- 4-8 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 5% de la contraction maximale volontaire [MVC],

- 8-12 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 15% de la MVC,

- 12-16 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 25% de la MVC

- 16-19 mn: 3 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 25% de la MVC, joint à la mise en œuvre d’une hypoxie systémique, le taux de saturation de l’oxygène dans le sang [SpO2] étant abaissé à 80%,

-20 mn: ingestion d’un jus de betterave riche en nitrate [Beet It Sport Shot, James White Drinks, Suffold, UK),

- soit 210 ml apportant 780 mg de nitrate NO3-,

- soit 280 ml apportant 1040 mg de nitrate NO3-,

- 20-200 mn: récupération,

- 200-204 mn: 4 minutes de repos,

- 204-208 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 5% de la contraction maximale volontaire [MVC],

- 208-212 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 15% de la MVC,

- 212-216 mn: 4 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 25% de la MVC,

- 216-219 mn: 3 minutes d’un effort répétitif de serrement du poing à 25% de la MVC, joint à la mise en œuvre d’une hypoxie systémique, le taux de saturation de l’oxygène dans le sang [SpO2] étant abaissé à 80%.

Au niveau de l’artère brachiale et avec une sonde à ultrasons les auteurs mesurent à chaque étape la vélocité sanguine moyenne [MBV] (en cm s-1) ainsi que le diamètre artériel π en cm. Ils en déduisent:

- le flux sanguin à l’avant-bras [FBF] (en ml mn-1), selon la formule: FBF = MBV x π2 x 60,

- la conductance vasculaire à l’avant-bras [FVC] (en ml/mn/100 mm Hg), selon la formule: FVC = FBF/ pression artérielle moyenne x 100,

- et la consommation d’oxygène à l’avant-bras [VO2], selon la formule VO2 = FBF x (contenu artériel en oxygène (CaO2) – contenu veineux en oxygène(CvO2)).

Par comparaison avec les résultats obtenus au cours de la première moitié de l’étude sans apport en nitrate, on constate que l’apport de 780, ou de 1040 mg, de nitrate NO3- augmente significativement le flux sanguin à l’avant-bras

- à 15 % de la MVC: en moyenne,  184 versus 164 ml mn-1,

- à 25 % de la MVC: en moyenne, 323 versus 286 ml mn-1,

- et à 25 % de la MVC + hypoxie: en moyenne, 373 versus 343 ml mn-1.

Les augmentations du flux sanguin à l’avant-bras sont dues à des augmentations de conductance vasculaire [FVC], en raison de phénomènes de vasodilatation. Elles sont d’ailleurs quantitativement équivalentes que les quantités de de nitrate NO3- ingérées soient de 770 ou de 1040 mg [This was due to increases in vascular conductance (i.e. vasodilation). The effect of beetroot juice on hemodynamics was not different between the two doses of beetroot ingested].

Les auteurs constatent, en outre, que, sous l’effet de l’ingestion nitratée,  la consommation d’oxygène à l’avant-bras VO2 se trouve augmentée, tant à 15 % qu’à 25 % de la MVC [Forearm VO2 was also elevated during exercise at 15 % and 25 % MVC].

Ils souhaitent que ce type d’études soit maintenant entrepris dans d’autres contextes, notamment des contextes pathologiques telles l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle ou l’artériopathie périphérique [The potential benefit of dietary NO3- supplementation to improve skeletal muscle perfusion in disease states such as heart failure, hypertension, and peripheral artery disease in humans warrants further study].

Posted in Effet bénéfique cardiovasculaire, Effet bénéfique sur exercice physique | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Supplémentation en nitrate, puissance musculaire, variabilité interindividuelle

Coggan, A.R., Broadstreet, S.R., Mikhalkova, D., Bole, I., Leibowitz, J.L., Kadkhodayan, A., Park, S., Thomas, D.P., Thies, D. and Peterson, L. (2018) Dietary nitrate-induced increases in human muscle power: high versus low responders. Physiological Reports 6 (2), e13575, https://doi.org/10.14814/phy2.13575

(voir le texte entier ici)

Lors de travaux précédents [Cf. rubriques des 6 novembre 2015 et 12 mars 2016], les auteurs américains [Indianapolis, Indiana; Saint Louis, Missouri] avaient montré que, par l’intermédiaire d’une formation d’oxyde nitrique NO, une supplémentation alimentaire en nitrate NO3- a pour effet, chez certains sujets, non chez tous, d’améliorer la puissance musculaire [We have shown that dietary nitrate (NO3-), a source of nitric oxide (NO), improves muscle power in some, but not all, subjects].

Pour essayer d’identifier les facteurs contribuant à une telle variabilité interindividuelle, ils étudient 20 sujets sains [13 hommes; 7 femmes] d’âge compris entre 22 et 79 ans, de poids compris entre 52 et 115 kg.

Les sujets ingèrent:

- soit 140 ml d’un jus de betterave [Beet It, James White Drinks, Ipswich, UK] apportant 763 mg de nitrate NO3-,

- soit 140 ml d’un jus de betterave déplété en nitrate NO3-.

Deux heures plus tard, sont mesurées:

-          les concentrations plasmatiques en nitrate NO3- et en nitrite NO2-,

-          et la fonction musculaire à l’aide d’un dynamomètre isocinétique [Biodex System 4 Pro, Biodex Medical Systems, Shirley, NY].

Chez les sujets ayant ingéré 763 mg de nitrate NO3-,

- les concentrations plasmatiques en nitrate NO3- et en nitrite NO2- sont significativement augmentées [No significant changes occurred in the placebo trial, whereas during the NO3- trial, both NO3- and NO2- increased significantly].

- la puissance des muscles extenseurs du genou est significativement augmentée: de 4.4% en moyenne, entre -9.6 et +26.8% selon les individus [On average, dietary NO3- increased (P < 0.05) (maximal knee extensor) Pmax by 4.4 ± 8.1 %. Individual changes, however, ranged from -9.6 to +26.8 %].

L’augmentation de la puissance des muscles extenseurs du genou n’est pas significativement corrélée à:

-          - l’âge,

-          - la masse corporelle,

-          - l’indice de masse corporelle,

-          - la vitesse maximale pour l’extension du genou en l’absence de supplémentation nitratée,

-          - l’index de fatigabilité (diminution de la puissance enregistrée entre le premier et de dernier tiers du test, exprimée en pourcentage), reflet du type de distribution des fibres musculaires,

-          - et l’augmentation relative de la concentration plasmatique en nitrate NO3-.

 

Elle l’est, par contre, à:

-          l’augmentation relative de la concentration plasmatique en nitrite NO2-.

[This interindividual variability was not significantly correlated with age, body mass (inverse of NO3- dose per kg), body mass index (surrogate for body composition) or placebo trial Vmax or fatigue index (in vivo indicators of muscle fiber type distribution). In contrast, the relative increase in Pmax was significantly correlated (r=0.60; P < 0.01) with the relative increase in plasma NO2- concentration […] The relative magnitude of the increase in Pmax was also not correlated with the relative change in plasma NO3- concentration].

Par ailleurs, quand deux heures après l’ingestion nitratée est prise en compte la puissance maximale des muscles extenseurs du genou, les sujets de sexe féminin apparaissent de plus fréquents «bons répondeurs» que ceux du sexe masculin [Female subjects tended (i.e., P = 0.06 by Fisher’s exact test) to be more likely to exhibit a greater-than-average increase in Pmax, that is, to be «high responders»].

En définitive, selon les auteurs américains, la variabilité de l’augmentation de puissance musculaire deux heures après l’ingestion nitratée ne semble pas réellement dépendre du type de distribution des fibres musculaires. Elle semble, par contre, refléter, au moins en partie, la variabilité des modifications des concentrations plasmatiques en nitrite NO2-. [Our findings indicate that variable increases in NO bioavailability, as indicated by changes in plasma NO2- concentration, along with subject sex account for ~ 40% of this variability. On the other hand, interindividual differences in muscle fiber type do not appear to be important].

Ceci étant, une grande partie des mécanismes de la variabilité interindividuelle restent encore méconnus [Much of the variation in response between individuals remains  unexplained].

Posted in Effet bénéfique sur exercice physique | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Nitrate de l’eau de boisson et cancer colorectal

Schullehner, J., Hansen, B., Thygesen, M., Pedersen, C.B. and Sigsgaard, T. (2018) Nitrate in drinking water and colorectal cancer risk: A nationwide population-based cohort study. International Journal of Cancer. Sous presse.

(voir l'abstract ici)

Les auteurs danois [Université de Aarhus, Danemark] présentent une importante étude de cohorte consacrée aux liens éventuels entre la concentration en nitrate NO3- de l’eau de boisson et le risque d’apparition du cancer colorectal.

Ils calculent chez 2.7 millions d’adultes les apports en nitrate NO3- provenant de l’eau d’adduction publique ainsi que les apports qui proviennent des eaux de puits privés entre le 1er janvier 1978 et le 31 décembre 2011. Les analyses principales seront réalisées sur les 1.7 million de personnes les plus exposées. Le suivi commence à l’âge de 35 ans. Pendant la période considérée, pour 23 millions de personnes-années à risque, 5944 cancers colorectaux sont recensés (61% de cancers coliques, 39% de cancers rectaux).

• Pour leur étude statistique, les auteurs répartissent les concentrations des eaux de boisson en cinq quintiles: <1.27; 1.27-2.33; 2.33-3.87; 3.87-9.25 et >9.25 mg NO3- l-1. Pour ces cinq quintiles, les hazard ratios [HR] propres au cancer colique, au cancer rectal et au cancer colorectal dans son ensemble sont les suivants:

 

<1.27

1.27-2.33

2.33-3.87

3.87-9.25

>9.25

Cancer colique

1

1.09

0.98

1.10

1.13

Cancer rectal

1

1.05

1.14

1.15

1.16

Cancer colorectal

1

1.06

1.02

1.11

1.15

• Ils comparent le risque d’apparition des cancers colique, rectal et colorectal:

- chez les sujets exposés à une eau de boisson dont la teneur en nitrate est supérieure à 16.75 mg NO3- l-1

- et les sujets exposés à une eau de boisson dont la teneur en nitrate est inférieure à 0.69 mg NO3- l-1,

et en déduisent les hazard ratios [HR].

Les résultats sont les suivants:

 

Nombre de cas (diagnostics non mutuellement exclusifs)

Hazard Ratio

(Intervalle de confiance)

Cancer colique

3700

1.15 (1.05-1.26)

Cancer rectal

2308

1.17 (1.04-1.32)

Cancer colorectal

5944

1.16 (1.08-1.25)

• Les auteurs constatent que l’augmentation du risque de cancer colorectal augmente significativement lorsque la concentration en nitrate NO3- de l’eau de boisson dépasse le seuil de 3.87 mg NO3- l-1, un seuil situé bien au-dessous de la norme actuelle de 50 mg NO3- l-1 [We found statistically significant increased risks at drinking water levels above 3.87 mg/L, well below the current drinking water standard of 50 mg/L].

Les auteurs sont conscients que leur étude a des limites, et qu’elle contient de possibles facteurs de confusion. Leur étude n’a pu prendre en considération le style de vie des patients, leur activité physique, leur régime alimentaire, leur consommation de viande, de tabac et d’alcool [We could for example not control for individual-level information on life-style and diet [ …] As diet (e.g. red meat), alcohol intake, smoking and lifestyle factors such as physical inactivity are established colorectal cancer risk factors that we could not include in our analyses, the possibility of confounding our results needs to be considered].

Ils considèrent, certes, que les apports en nitrate NO3- ne proviennent pas exclusivement de l’eau de boisson, mais relativisent la source de confusion, faisant remarquer que:

1) dans la population danoise adulte, les apports moyens globaux en nitrate NO3- sont estimés à 61 mg  j-1.

2) lorsque, dans la population danoise, la concentration en nitrate NO3- de l’eau de boisson consommée fait partie des quintiles les plus élevés, l’apport moyen en nitrate NO3- provenant de l’eau de boisson constitue alors une part non négligeable de l’ensemble des apports nitratés.

[A study on the dietary intake of nitrate in the Danish population estimated an average nitrate of 61 mg/d for adults. Therefore, at elevated levels as seen in parts of the Danish population, drinking water will be a major source of nitrate exposure].

Dès lors, au vu de leurs résultats, dans la mesure où à des concentrations inférieures à la limite règlementaire de 50 mg NO3- l-1 les nitrates NO3- de l’eau de boisson semblent augmenter le risque d’apparition du cancer colorectal, évoquant le principe de précaution, les auteurs danois suggèrent que les autorités sanitaires s’enquièrent du bien-fondé d’une éventuelle diminution de la norme actuelle [Our results add to the existing evidence suggesting increased colorectal cancer risk at drinking water nitrate concentrations below the current drinking water standard […] Considering all evidence, not only in the light of the precautionary principle, a discussion about a reduction of the drinking water standard is warranted].

Commentaire du blog

Dans cette étude danoise, les concentrations en nitrate NO3- des eaux de boisson consommées sont faibles. Alors que la concentration maximale admissible édictée en 1980 par le Conseil des Communautés européennes est de 50 mg NO3- l-1, les quatre cinquièmes des concentrations en nitrate de l’étude sont inférieures à 9.25 mg NO3- l-1. L’incidence du cancer colorectal semble augmenter lorsque la concentration en nitrate NO3- de l’eau de boisson consommée devient supérieure à 3.87 mg l-1.

La concentration de 3.87 mg NO3- l-1 est infime en comparaison de la concentration en nitrate de légumes comme la salade, les épinards et la betterave, habituellement comprise entre 1000 et 3000 mg NO3- kg-1 (250 à 550 fois plus). Selon Gangolli et coll. (1994), les apports en nitrate en provenance de la nourriture solide représentent entre 88 et 96 % des apports en nitrate totaux, et les apports en nitrate en provenance de l’eau de boisson n’en représentent que 4 à 12 % [The estimated dietary intake of nitrate ranges from 31 to 185 mg/day in various European countries. Food and drinking water can account for 88-96% and 4-12% of the total nitrate intake respectively].

Certes, comme l’évoquent les auteurs, la non-prise en compte de facteurs tels le style de vie, l’activité physique, la consommation de viande, de tabac ou d’alcool peut être source d’erreur ou de confusion statistique. Mais le principal facteur de confusion paraît autre. Il vient de la prise en compte d’apports nitratés minoritaires sans prise en compte des apports nitratés majoritaires, provenant, on le sait, des légumes.

Posted in Grief carcinologique | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Nitrate, nitrite, lumière intestinale, veine porte, foie

Eriksson, K.E., Yang, T., Carlström, M. and Weitzberg, E. (2018) Organ uptake and release of inorganic nitrate and nitrite in the pig. Nitric Oxide 75, 16-26

(voir l'abstract ici)

Les auteurs suédois [Karolinska Institute, Stockholm, Suède] présentent une étude expérimentale menée chez 17 porcs des deux sexes, pesant en moyenne 33 kg. Anesthésiés, les animaux sont l’objet de cathétérismes artériels et veineux multiples.

Ils reçoivent:

- un prétraitement par un inhibiteur de la NO synthase: le L-NAME [Nitro-L-Arginine-Methyl-Ester], sous forme d’un bolus de 10 mg kg-1, puis de perfusions au rythme d’1 mg kg-1 h-1, le but étant de minimiser l’influence des ions nitrate NO3- et nitrite NO2- provenant de la synthèse endogène par les NO synthases [… in order to minimize the influence of NOS-derived nitrate and nitrite].

- et, 60 minutes plus tard, de manière randomisée:

- soit une injection en bolus de 7.3 mg kg-1 de nitrate NO3-, sous forme de nitrate de sodium NaNO3 [animaux du groupe nitrate],

- soit une injection contrôle de chlorure de sodium NaCl [animaux témoins].

Les auteurs mesurent pendant deux heures les flux sanguins ainsi que les fixations et libérations de nitrate et de nitrite dans les circulations pulmonaire, splanchnique, hépatique et rénale. Ils mesurent les taux en oxyde nitrique NO au sein de la lumière intestinale du grêle, la sécrétion intra-intestinale de nitrate, l’activité enzymatique de la Nicotinamide Adénine Dinucléotide Phosphate Oxydase [NADPH oxydase] hépatique et rénale.

Chez les animaux témoins, la concentration plasmatique artérielle en nitrite NO2- décline progressivement pendant toute la période d’observation, d’environ 54 %. Chez les animaux du groupe nitrate, la concentration plasmatique artérielle en nitrite NO2- reste, au contraire, stable. On en conclut que, chez ces derniers, les ions nitrate NO3- injectés ont subi une transformation en ions nitrite NO2- [In the control pigs, arterial plasma nitrite progressively declined during the observation period (~ 54%) but was stable in the nitrate group, indicating conversion of nitrate to nitrite].

Chez les animaux du groupe nitrate, on note de plus hautes concentrations en nitrate NO3- et en nitrite NO2- dans la lumière de l’intestin grêle, laissant envisager l’existence d’une sécrétion d’ions nitrate NO3- vers l’intérieur de la lumière de l’intestin grêle [Intestinal lavage revealed higher levels of both nitrate (p = 0.002) and nitrite (p = 0.003) in the nitrate treatment group […] indicating a secretion of nitrate to the small intestinal lumen]. Le phénomène est couplé à relargage d’ions nitrite NO2- vers la veine porte et une fixation concomitante de l’ion au sein du tissu hépatique [This was coupled with release of nitrite in the portal vein and a concomitant uptake of this anion in the liver].

L’injection de 7.3 mg kg-1 de nitrate NO3- n’entraîne pas, au cours des deux heures de l’expérience, de modifications significatives des paramètres cardiovasculaires, ni de modifications de la consommation en oxygène [Nitrate had no acute effects on cardiovascular parameters or regional and systemic oxygen consumption].

Les auteurs suédois suggèrent ainsi que, chez les animaux étudiés, les ions nitrate NO3- sont l’objet d’une sécrétion vers la lumière intestinale. Ils y sont ensuite convertis en ions nitrite NO2- par les bactéries intestinales. Après quoi, les ions nitrite NO2- synthétisés sont absorbés, et transportés par la veine porte vers le foie, où ils sont, peut-être, convertis en oxyde nitrique NO et en autres oxydes d’azote [We suggest that nitrate is secreted into the gut lumen and converted to nitrite by intestinal bacteria. Nitrite is then absorbed and transported via the portal vein to the liver where it is taken up and possibly converted to NO and other bioactive nitrogen oxide species].

Ainsi selon les auteurs suédois, ces constatations indiquent l’existence, au sein de l’organisme, d’une autre conversion des ions nitrate NO3- en ions nitrite NO2-

- indépendante du classique cycle entérosalivaire des nitrates,

- dépendante, au contraire,

- soit d’une nitrate réductase bactérienne appartenant aux bactéries intestinales,

- soit d’une nitrate réductase non bactérienne,

- soit des deux à la fois.

[Our findings indicate an acute conversion of nitrate to nitrite by a mammalian nitrate reductase and/or gut bacteria].      

Posted in Métabolisme des nitrates, Métabolisme des nitrites | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Supplémentation en nitrate et NO de l’air expiré

Kroll, J.L., Werchan, C.A., Rosenfield, D. and Ritz, T. (2018) Acute ingestion of beetroot juice increases exhaled nitric oxide in healthy individuals. Plos One https://doi.org/10.1371/journal.pone.0191030

(voir le texte entier ici)

Selon les recommandations émises conjointement en 2005 par la Société Thoracique Américaine et la Société Respiratoire Européenne [American Thoracic Society/European Respiratory Society (ATS/ERP)], avant toute mesure de la teneur en oxyde nitrique NO de l’air expiré, il convient d’exiger une restriction alimentaire. Les légumes verts et autres aliments riches en nitrate NO3- sont, en effet, connus pour augmenter la teneur de l’air expiré en NO, sans que les informations sur le sujet soient très précises [FENO50 measurement guidelines recommend avoidance of nitrate-rich foods before assessments as leafy greens and other nitrate-rich foods have been shown to elevate FENO50, but the exact time course and extent of the acute effects of more defined dosages of beetroot juice on FENO50 are not well studied].

Les auteurs américains [Dallas, Texas, USA] présentent une étude effectuée chez 38 sujets (23 hommes, 15 femmes) en bonne santé et âgés en moyenne de 21 ans.

Ils ingèrent:

- soit 70 ml d’un jus de betterave [Beet It Sport] contenant 400 mg de nitrate NO3-,

- soit 70 ml d’eau (groupe contrôle).

Juste avant l’ingestion puis 45 et 90 minutes plus tard, les auteurs mesurent les données suivantes:

- fraction d’oxyde nitrique dans l’air expiré pour un flux expiratoire de 50 ml s-1 [FENO50],

- logarithme naturel de la FENO50 [InFEN50],

- tensions artérielles systolique et diastolique

- rythme cardiaque

Aucune modification significative des tensions artérielles systolique et diastolique ainsi que du rythme cardiaque n’est réellement enregistrée lors des contrôles des 45ème et 90ème minutes. Par contre, les valeurs moyennes de FENO50 (exprimées en parties par milliards (ppb), ou nanolitres (10-9 l) par litre) et de InFENO50 sont significativement augmentées.

 

 

Apport de 400 mg de nitrate NO3-

Groupe contrôle

FENO50 (ppb)

Avant

19.1

20.7

 

45 minutes plus tard

34.6

20.9

 

90 minutes plus tard

33.7

20.9

InFENO50

Avant

2.95

3.03

 

45 minutes plus tard

3.54

3.04

 

90 minutes plus tard

3.52

3.04

Après l’ingestion de 400 mg de nitrate NO3-, les valeurs moyennes du logarithme naturel de la FENO50 (InFENO50) sont ainsi en augmentation:

- de 21.3% à la quarante-cinquième minute,

- et de 20.3 % à la quatre-vingt dixième minute.

[After beetroot consumption, average values of the natural log of FENO50 (InFENO50) increased by 21.3 % (p < 0.001) 45 minutes after consumption and by 20.3 % (p < 0.001) 90 min after consumption].

Un petit groupe de sujets, au nombre de quatre, complètent l’étude un peu plus longtemps, jusqu’à la troisième heure. Des teneurs élevées de l’air expiré en oxyde nitrique sont encore constatées [A small subset (n = 4) of participants completed an extended protocol lasting over 3 hours, where elevated levels of FENO50 persisted].

Ainsi, dans la mesure où elle accentue la biodisponibilité en oxyde nitrique NO, l’ingestion de jus de betterave riche en nitrate NO3- pourrait renforcer, en regard des voies aériennes supérieures et inférieures, notamment du tractus oropharyngé, la première ligne de défense vis-à-vis des agents infectieux et pathogènes, que l’on connaît sous le nom d’immunité innée. Les auteurs souhaitent qu’à l’avenir des études se penchent sur les possibles effets bénéfiques, au long cours, du jus de betterave et de la supplémentation alimentaire en nitrate NO3- vis-à-vis des infections et maladies respiratoires [Elevated FENO50 indicates that ingestion of beetroot juice leads to an increase in bioavailability of NO, which could be expected to boost innate immune defense in upper and/or lower airways, including the oropharyngeal tract, which forms a major entry for pathogens […]. Our findings (provide) proof of manipulation success for future studies examining the potential beneficial effects of long-term beetroot juice and dietary nitrate supplementation on respiratory infection and illness].

Commentaire du blog

• Chez un jeune garçon de 12 ans atteint de mucoviscidose, un apport de 800 mg de nitrate NO3- a, on le sait, fait passer la FENO de 20 ppb à 50 ppb 90 minutes plus tard [rubrique du 4 novembre 2016].

• L’effet anti-infectieux des nitrates a déjà été évoqué à plusieurs reprises dans le blog “Nitrates et santé – Le blog des nitrates” [Cf. rubriques des 17 mars 2012, 2 et 26 avril 2013, 25 octobre 2016 et 13 mars 2017].

S’il venait à être confirmé par les études à venir, l’effet anti-infectieux dans le tractus oropharyngé et les voies aériennes de la consommation de nitrate NO3-, ici avancé à titre d’hypothèse par les auteurs texans, viendrait s’ajouter à l’effet anti-infectieux, déjà bien connu, du même apport en nitrate dans le tractus gastro-intestinal.

On peut en rappeler brièvement le processus: Les nitrates ingérés sont rapidement absorbés dans l’estomac et la partie haute de l’intestin grêle. Par les glandes salivaires, une partie des nitrates plasmatiques sont transférés de manière active du plasma vers la salive. Les nitrates salivaires sont, en partie, réduits en nitrites par les nitrates-réductases des bactéries de la flore buccale. Après leur déglutition, les nitrites d’origine salivaire sont transformés dans le milieu acide de l’estomac en oxyde nitrique NO, lequel se lie au radical libre superoxyde pour former l’ion peroxynitrite ONOO-, très puissant bactéricide.

Posted in Effet bénéfique anti-infectieux, Métabolisme des nitrates | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Ingestion de nitrate et saturation musculaire en oxygène après effort

de Oliveira, G.V., Morgado, M., Conte-Junior, C.A., Alvares, T.S. (2017) Acute effects of dietary nitrate on forearm muscle oxygenation, blood volume and strength in older adults: A randomized clinical trial. Plos One doi.org/10.1371/journal.pone.0188893

(voir le texte entier ici)

La mesure en spectroscopie par proche infra-rouge [SPIR] de la saturation musculaire en oxygène [SmO2] permet d’évaluer le pourcentage d’oxyhémoglobine, ou hémoglobine oxygénée, [O2Hb] présent dans les capillaires musculaires, selon la formule: SmO2 = O2Hb/tHb, l’hémoglobine totale [tHb] correspondant pour sa part à la somme de l’oxyhémoglobine, ou hémoglobine oxygénée, et de la désoxyhémoglobine, ou hémoglobine désoxygénée: [tHb = O2Hb + HHb].

Les auteurs brésiliens [Rio de Janeiro et Macaé, Brésil] présentent les résultats d’une étude randomisée en double aveugle et cross over menée chez 12 sujets âgés de plus de 65 ans.

Les participants à l’étude ingèrent:

- soit 100 grammes d’un gel à base de betterave contenant 750 mg de nitrate NO3- (groupe betterave BG],

- soit 100 grammes d’un gel déplété en nitrate contenant 1.2 mg NO3- [groupe placebo PLA]

Deux heures et demie plus tard, chacun des participants effectue un effort musculaire du membre supérieur, consistant à serrer répétitivement le poing pendant une minute à une intensité correspondant à 30 % de celle de la contraction volontaire maximale [The subjects performed a rhythmic handgrip exercise which consisted of a one 1-min set  at 30 % of the maximal voluntary contraction (MCV) of each subject].

Dans la minute qui suit l’effort, par comparaison avec ce qui s’observe chez les sujets du groupe placebo [PLA], on constate chez les sujets du groupe betterave [BG]:

- un taux de resaturation musculaire en oxygène plus prononcé [The muscle O2 resaturation rate during exercise recovery was greater in the BG when compared to PLA condition (1.43 ± 0.77 vs 1.02  ± 0.48 s-1; p<0.05)].

- et une augmentation significative du taux d’hémoglobine totale [Significant increase was observed in tHb during exercise recovery (10.25 ± 5.47 vs 6.72 ± 4.55 μM; P<0.05)].

De même, dans la demi-heure qui suit l’effort, par comparaison avec ce qui s’observe chez les sujets du groupe placebo [PLA], on constate chez les sujets du groupe betterave [BG]:

- un moindre déclin de la force de préhension [Significant reduction of handgrip strength decline was observed 30 min after exercise in BG (-0.24 ± 0.18 vs -0.39 ± 0.20 N ; P<0.05)].

Ainsi, chez le sujet âgé de plus de 65 ans, lorsqu’elle apporte 750 mg de nitrate NO3-, une seule ingestion d’un produit à base de betterave suffit à accélérer significativement la resaturation musculaire en oxygène après l’effort ainsi qu’à améliorer significativement le recouvrement de la force musculaire de préhension dans la demi-heure qui suit les efforts répétitifs de grasp [In summary, a single dose of a beetroot-based gel speeds up muscle O2 resaturation […] and improves recovery of handgrip strength after handgrip exercise in older adults].

Posted in Effet bénéfique sur exercice physique | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Supplémentation en nitrate et en créatine nitrate chez le sportif

Deldicque, L. and Francaux, M. (2016) Potential harmful effects of dietary supplements in sports medicine. Current Opinion in Clinical Nutrition and Metabolic Care 19, 439-445

(voir le texte entier ici)

A partir d’articles principalement publiés de janvier 2014 à avril 2016, les auteurs belges [Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Belgique] présentent une revue de littérature consacrée aux possibles effets néfastes, chez le sportif, d’un recours aux suppléments diététiques ou nutritionnels.

Un supplément diététique ou nutritionnel se définit comme un produit commercialisé qui, consommé en complément de l’alimentation habituelle, contient vitamines, substances minérales, herbes, acides aminés ou différents autres composés [A dietary or nutritional supplement is defined as a commercially available product that is consumed as an addition to the usual diet and includes vitamins, minerals, herbs (botanicals), amino acids and a varitety of other compounds].

Les auteurs passent successivement en revue une série de produits:

- A) Des contaminants:

- Les perturbateurs endocriniens

- La 1,3-diméthylamylamine

- La mélamine

B) Des suppléments «traditionnels» [Traditional supplements]:

- L’ion nitrate

- Les acides gras oméga-3

- La β-Alanine

C) Des suppléments émergents [Emerging supplements]:

- La Higénamine (ou norcoclaurine)

- La créatine, dont le nitrate de créatine

- L’acide guanidino-acétique

D) Des suppléments multi-ingrédients [Multiingredient supplements].

Le blog «Nitrates et santé – Le blog des nitrates» s’intéressera aux propos des auteurs belges concernant les éventuels effets néfastes, chez le sportif, de l’ion nitrate NO3- et du nitrate de créatine.

• L’ion nitrate NO3-

Après avoir rappelé les effets bénéfiques de la supplémentation en nitrate NO3-à la fois sur le système cardiovasculaire et l’exercice physique [Jones, A.M. et al., 2014 (rubrique du 10 octobre 2014))] et Clements W.T. et al., 2014 (rubrique du 17 02 2015)], les auteurs se fondent sur un ouvrage rapporté dans la rubrique du 21 mars 2011: «Bryan, N.S. and Loscalzo, J. (2011) Nitrite and Nitrate in Human Health and Disease. Humana Press, 306 p.»  afin de statuer sur l’éventuelle toxicité de l’ion nitrate.

Les griefs semblent avoir été jadis surévaluées. Chez l’animal, les données expérimentales ne montrent aucun risque carcinogène. Chez l’homme, les données épidémiologiques n’incitent aucunement à restreindre, de quelque manière que ce soit, l’importance des apports nitratés [It seems therefore that longstanding concerns about the toxicity of orally consumed nitrate have been overstated. In summary, current critical reviews of nitrate in animal toxicity literature indicate no evidence for carcinogenesis or mutagenesis, and epidemiological data do not provide enough evidence to support restriction of dietary nitrate in humans].

• Le nitrate de créatine

Se basant sur l’étude de Joy, J.M. et al., 2014 (rubrique du 01 03 2015), les auteurs belges rapportent que des doses de nitrate de créatine allant jusqu’à 2 grammes par jour, en deux prises, pendant 28 jours apparaissent dénuées de toute toxicité. Comparé au créatine monohydrate, le nitrate de créatine a l’avantage de posséder un groupement nitrate, lui conférant ainsi une meilleure capacité ergogénique [Creatine nitrate supplementation has no adverse effects in daily doses up to 2 g over 28 days and may be an alternative to creatine monohydrate supplementation […]. With equivalent safety data, the advantage of creatine nitrate over creatine monohydrate is the presence of nitrate and the associated ergogenic effects of this compound].

Commentaire du blog

Les lecteurs de “Nitrate et Santé – Le blog des nitrates” se souviennent peut-être que la rubrique du 15 avril 2012 faisait état d’un article des deux mêmes auteurs paru dans une revue trimestrielle de course à pied: «Zatopek Magazine»: «Deldique, L. et Francaux, M. (2011) Gloire aux betteraves. Zatopek Magazine 19, août-septembre-octobre 2011».

Ils signalaient un réel engouement des coureurs à pied pour le jus de betterave, la consommation du jus de betterave semblant particulièrement indiquée à l’occasion des épreuves d’endurance, depuis le 800 mètres jusqu’au marathon.

Posted in Griefs | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Affection cardiovasculaire: Nitrate/nitrite inorganique versus nitrate organique

Münzel, T. and Daiber, A. (2018) Inorganic nitrite and nitrate in cardiovascular therapy: a better alternative to organic nitrates as nitric oxide donors? Vascular Pharmacology 102, 1-10

(voir l'abstract ici)

Rédigé par deux auteurs allemands [Mayence, République fédérale d’Allemagne], cet article de synthèse compare les effets cardiovasculaires des nitrates organiques tels le 5-mononitrate d’isosorbide (ISMN) [MonicorR], le dinitrate d’isosorbide (ISDN) [LangoranR, RisordanR] et la nitroglycérine([NTG) [TrinitrineR] à ceux des nitrates [NO3-] et nitrites [NO2-] inorganiques.

Le plan adopté est le suivant:

1 Introduction

2 Expérimentations montrant l’efficacité chez l’animal du traitement des maladies cardiovasculaires par les ions nitrate NO3- et nitrite NO2-

3 Etudes montrant l’efficacité, chez l’homme, du traitement des maladies cardiovasculaires par les ions nitrate NO3- et nitrite NO2-

- Effets sur la fonction endothéliale

- Effets sur la tension artérielle

- Effets chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite [HEFrEF] et d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée [HEFpEF]

- Effets chez les patients atteints d’angor stable et de syndrome coronarien aigu

4 Mécanisme de bioactivation des nitrates NO3- et nitrite NO2- inorganiques

5 Différences et similitudes entre les traitements par les ions nitrate NO3- et nitrite NO2- inorganiques et par les nitrates organiques – Bioactivation, modalités de protection, effets secondaires

6 Perspectives cliniques

Bien que, jusqu’à présent, dans le domaine cardiovasculaire, les travaux portant sur le traitement par les ions nitrate NO3- et nitrite NO2- fournissent souvent des résultats hautement favorables, il reste encore, par de vastes essais cliniques, à prouver définitivement son efficacité chez l’homme. A supposer qu’à l’égard des maladies cardiovasculaires humaines, notamment les coronaropathies, l’insuffisance cardiaque et l’hypertension artérielle, cette efficacité finisse par être définitivement prouvée, le corps médical disposerait alors, à leur encontre, d’une nouvelle arme thérapeutique, non seulement efficace mais également bon marché et dénuée des importants effets secondaires propres aux traitements médicamenteux par les nitrates organiques au long cours [Although, earlier reports on inorganic nitrate and nitrite therapy provide in part highly favorable results, there is still a substantial need to prove the effectiveness of this therapeutic intervention in humans, e.g. via large outcome-directed clinical trials. In case these trials are successful and prove the effectiveness of inorganic nitrate and nitrite therapy in various cardiovascular diseases such as coronary artery disease, heart failure and arterial hypertension, this kind of therapy would indeed represent a cheap, effective and therefore affordable cardiovascular therapy without major side effects as observed in response to chronic therapy with organic nitrates].

Posted in Effet bénéfique cardiovasculaire | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Diabète de type 2, 6 mois de supplémentation en nitrate et effets bénéfiques cardiovasculaires

Mills, C.E., Govoni, V., Faconti, L., Casagrande, M.L., Maskell, P., Masani, A., Crickmore, H., Iqbal, F., Morant, S., Webb, A.J. and Cruickshank, J.K. (2017) Dietary nitrate from beetroot juice selectively reduces central blood pressure in type 2 diabetes: the randomized, controlled VaSera trial. Proceedings of the Nutrition Society, Summer Meeting, 10-12 July 2017, Improving Nutrition in Metropolitan Areas. Doi:10.1017/S0029665117003706

(voir le texte entier ici)

Les auteurs britanniques [King’s College, Londres, Angleterre; Université de Dundee, Ecosse] présentent les résultats d’une étude randomisée en double aveugle, portant sur 126 patients atteints de diabète de type 2.

L’étude est de longue durée. Les patients ingèrent quotidiennement pendant 6 mois:

- ou un jus de betterave riche en nitrate apportant un peu moins de 682 mg NO3- j-1,

- ou un jus de betterave déplété en nitrate.

Au terme des 6 mois, les auteurs mesurent chez ces deux groupes de patients atteints de diabète de type 2:

- les concentrations plasmatiques en nitrate NO3- et en nitrite NO2-,

- les tensions artérielles systolique et diastolique,

- les volumes télédiastolique et télésystolique du ventricule gauche,

- le rapport masse musculaire/volume du ventricule gauche, en fin de diastole,

- et la vitesse de l’onde de pouls aortique.

Reflétant le degré de rigidité artérielle, la vitesse de l’onde de pouls aortique constitue, chez le patient atteint de diabète de type 2, un bon indicateur du risque de mortalité cardiovasculaire, indépendamment du contexte tensionnel [Arterial stiffness measured as aortic pulse wave velocity (PWV) is a powerful index of cardiovascular and all-cause mortality, crucially independent of blood pressure in patients with or at risk of type 2 diabetes].

Chez les patients atteints de diabète de type 2 soumis pendant 6 mois à une supplémentation en nitrate NO3-, les concentrations plasmatiques en nitrate NO3- et en nitrite NO2-, évaluées à six mois, sont nettement augmentées. Elles sont respectivement multipliées par 4 et par 2, suggérant que la voie métabolique nitrate-nitrite-oxyde nitrique NO reste active lors d’une supplémentation alimentaire en nitrate de longue durée [Plasma nitrate and nitrite concentrations did increase 4- and 2-fold respectively (p< 0.001 and = 0.02), suggesting the nitrate-nitrite-nitric oxide was not interrupted].

Entre les patients atteints de diabète de type 2 qui ont reçu une supplémentation en nitrate NO3- et ceux qui ne l’ont pas reçue, aucune différence n’est enregistrée en matière de tension artérielle périphérique, systolique ou diastolique, comme en matière de rigidité artérielle, lorsque celle-ci est évaluée par la vitesse de l’onde de pouls aortique [There were no differences between the active and placebo beetroot juices in change in peripheral systolic or diastolic blood pressure, nor in change in arterial stiffness measured as cardio-ankle vascular index (CAVI) and as aortic pulse wave velocity (PWV) ( p = 0.8, 0.9, 1.0 and 0.8 respectively)].

Par contre, chez les patients atteints de diabète de type 2 soumis pendant 6 mois à une supplémentation en nitrate NO3-, on observe les modifications cardiovasculaires significatives suivantes:

- diminution de la pression systolique centrale [This was simultaneous to a decrease in central systolic blood pressure on nitrate-containing juice versus placebo (p = 0.007)],

- diminution des volumes télésystolique et télédiastolique du ventricule gauche,

- augmentation en fin de diastole du rapport masse musculaire/volume du ventricule gauche

Ces modifications observées après 6 mois de supplémentation en nitrate NO3- sont bénéfiques. Sur la santé cardiovasculaire de ces patients atteints de diabète de type 2, la diminution de la pression centrale pourrait d’ailleurs avoir un plus fort impact que la seule diminution de la tension artérielle périphérique.

[Dietary nitrate also decreased left ventricular end diastolic and systolic volume (p < 0.05) and increased end diastolic mass/volume ratio (p < 0.05) versus placebo, which are beneficial cardiac changes […]. Despite not reducing arterial stiffness independently of blood pressure change, dietary nitrate selective reduced central blood pressure which may have greater impact than just peripheral blood pressure for managing cardiac and vascular risk].

Posted in Effet bénéfique cardiovasculaire, Effet bénéfique sur diabète | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Exercice en hypoxie, nitrate, oxygénation des muscles actifs et inactifs

Horiuchi, M., Endo, J., Dobashi, S., Handa, Y., Kiuchi, M. and Koyama, K. (2017) Muscle oxygenation profiles between active and inactive muscles with nitrate supplementation under hypoxic exercise. Physiological Reports 5, e13475

(voir le texte entier ici)

Les auteurs japonais [Fuji-yoshida; Université de Yamanashi, Kofu; Japon] cherchent à savoir comment s’effectue  la redistribution de l’oxygène entre muscles actifs et inactifs lorsque l’effort musculaire est précédé d’une supplémentation alimentaire en nitrate NO3-.

Ils recrutent 9 hommes jeunes, âgés en moyenne de 21 ans, pesant en moyenne 73 kg et en bonne santé. Ces sujets ont une activité physique régulière, 1 à 2 heures par jour, 3 à 5 jours par semaine.

Sur cyclo-ergomètre, ils effectuent un effort d’intensité submaximale pendant 25 minutes, amenant leur fréquence cardiaque à 140 battements par minute, suivi d’un effort d’intensité croissante jusqu’à épuisement, le tout sous trois conditions différentes:

- normoxie (fraction inspirée en oxygène (FiO2): 20.9 %), sans ingestion de boisson,

- hypoxie (fraction inspirée en oxygène (FiO2): 13.95 %), avec ingestion durant les trois jours précédents de 140 ml j-1 d’un jus de betterave déplété en nitrate [groupe PL],

- hypoxie (fraction inspirée en oxygène (FiO2): 13.95 %), avec ingestion durant les trois jours précédents de 140 ml j-1 d’un jus de betterave riche en nitrate [groupe BR].

Par spectroscopie en proche infrarouge, les auteurs mesurent les profils d’oxygénation tissulaire locale dans le vaste externe (vastus lateralis) et le biceps brachial (biceps brachii), le vaste externe étant un muscle actif, le biceps brachial un muscle inactif. Ils mesurent dans ces muscles les teneurs en hémoglobine oxygénée [oxyhémoglobine, HbO2] et désoxygénée [désoxyhémoglobine, HHb], avant de calculer leur saturation en oxygène [StO2; HbO2/Hémoglobine totale].

Le contexte de supplémentation en nitrate NO3-:

- augmente le temps jusqu’à épuisement: en moyenne 513 secondes dans le groupe BR versus 490 secondes dans le groupe PL,

- dans les muscles actifs, atténue l’augmentation de la teneur en hémoglobine désoxygénée [HHb]

- lors du début de l’effort maximal jusqu’à épuisement

- au cours des 5 dernières minutes de l’épreuve d’effort submaximal (qui en compte 25),

- dans les muscles inactifs, est associé à une plus nette diminution de la teneur en  hémoglobine oxygénée [HbO2] et à une plus nette diminution de la saturation en oxygène [StO2] lors de la phase d’effort maximal précédant l’épuisement.

Dans l’ensemble, ces résultats indiquent qu’une supplémentation alimentaire en nitrate NO3- pendant 4 jours améliore la tolérance à l’exercice en situation d’hypoxie, peut-être en raison d’une diminution de la majoration des teneurs de l’hémoglobine désoxygénée [HHb] dans les muscles actifs. On notera aussi la plus grande réduction de l’oxygénation des muscles inactifs, lorsque l’effort en hypoxie est d’intensité maximale [Collectively, these findings indicate that short-term dietary nitrate supplementation improved hypoxic exercise tolerance, perhaps, due to suppressed increases in HHb in active muscles at moderate work rates. Moreover, nitrate supplementation caused greater reductions in oxygenation in inactive muscle at higher work rates during hypoxic exercise].

Posted in Effet bénéfique sur exercice physique | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés