Tours et détours de la science (1)

Khatri, J., Mills, C.E., Maskell, P., Odongerel, C. and Webb, A.J. (2016) It is rocket science. Why dietary nitrate is hard to beet. Part I: Twists and turns in the realization of the nitrate-nitrite-NO pathway. British Journal of Clinical Pharmacology. doi: 10.1111/bcp.12913

(voir l'abstract ici)

Présents dans la betterave et les légumes verts, notamment dans la roquette, les nitrates alimentaires constituent pour l’organisme une importante source d’oxyde nitrique NO, par l’intermédiaire de la voie métabolique nitrate alimentaire NO3--nitrite NO2--oxyde nitrique NO. Le fait est maintenant bien établi. Leurs effets bénéfiques cardiovasculaires s’exercent sur la tension artérielle, les plaquettes, la fonction endothéliale, la fonction mitochondriale, l’exercice physique [Dietary nitrate (found in green leafy vegetables such as rocket and in beetroot) is now recognised to be an important source of nitric oxide, via the nitrate-nitrite-NO pathway. Dietary nitrate confers several cardiovascular beneficial effects on blood pressure, platelets, endothelial function, mitochondrial efficiency and exercise].

Avec deux articles conjoints, les auteurs britanniques [Department of Clinical Pharmacology, St Thomas’ Hospital, Londres] se proposent de montrer quels ont pu être, au cours des vingt dernières années, les tours et détours [twists ans turns] de la science en la matière.

Les auteurs sont clairs et didactiques.

Le texte peut être résumé dans un tableau.

 

Science du passé:

[Cf. ci-dessous]

Science du présent: Nombreux effets positifs ou favorables, découverts depuis 1994 [Cf. ci-dessous]

Ce que l’on croyait il y a vingt ans:

Ions NO3- et NO2-:

- métabolites du NO

- physiologiquement inertes [Moncada et Higgs, 1993]

 

1 L’ion nitrite NO2- est-il source de NO ?

Non – L’ion nitrite NO2- est physiologiquement inerte [Moncada et Higgs, 1993]

En fait: oui – dans le cœur en cas d’ischémie

[Zweier et coll., 1995]

2 Quel est l’effet de l’ion nitrite NO2- en cas d’ischémie-reperfusion ?

Délétère

[Zweier et coll., 1995]

En fait: Protecteur

[Webb et coll., 2004]

3 L’ion nitrite NO2- dilate-t-il les vaisseaux sanguins ?

Non

[Lauer et coll., 2001]

En fait: Oui [Modin et coll., 2001 ; Cosby et coll., 2003]

4 L’organisme possède-t-il des nitrite-réductases ?

Non – réduction NO2--NO, phénomène non enzymatique

En fait: Oui – hémoglobine, myoglobine, xanthine oxydoréductase, aldéhyde oxydase, même NO synthase

5 L’ion nitrate NO3- est-il source de NO ?

 

Oui [Benjamin et coll., 1994; Lundberg et coll., 1994]

6 L’ion nitrate NO3- inhibe-t-il la fonction plaquettaire ?

 

Oui [McKnight et coll., 1999]

7 Les ingestions de nitrate NO3- augmentent-elles les teneurs plasmatiques en nitrite NO2- ?

Non

[Pannala et coll., 2003]

En fait: oui

[Lundberg et coll., 2004 ; Webb et coll., 2008]

8 Les nitrates NO3- diminuent-ils la tension artérielle ?

 

Oui

[Larsen et coll., 2006 ; Webb et coll., 2008]

9 Les ions nitrate NO3- diminuent-ils la tension artérielle par l’intermédiaire des ions nitrite NO2- ?

 

Oui

[Webb et coll., 2008]

On voit les progrès faits depuis 1993 dans la compréhension de la voie métabolique NO3--NO2--NO.

Il y a encore une vingtaine d’années, on ne voyait dans les ions nitrate et nitrite que les produits terminaux et inertes du métabolisme endogène de l’oxyde nitrique [inert oxidative end products of endogenous NO metabolism (Moncada et Higgs)]. Il n’en est rien.

On sait maintenant qu’après leur absorption digestive les nitrates NO3- d’origine alimentaire sont l’objet d’une circulation entérosalivaire, et que, dans la salive, les nitrates sont en partie transformés en nitrite NO2- par les germes de la flore buccale. Les ions nitrite passent ensuite dans la circulation sanguine.

Ainsi, les ingestions de nitrate NO3- sont suivies

- d’une augmentation de la concentration plasmatique en nitrite NO2-, deux heures et demie à trois heures plus tard, le temps du mécanisme ci-dessus décrit,

- d’une diminution de la tension artérielle, également dans ces délais, indiquant bien que l’effet hypotensif des nitrates fait intervenir leur cycle entérosalivaire, lequel produit des ions nitrite NO2-.

Il a été montré également

- que l’organisme possède ses propres nitrite-réductases, permettant la transformation des ions nitrite NO2- en oxyde nitrique NO. Les enzymes à notre disposition sont la désoxyhémoglobine, la désoxymyoglobine, la xanthine oxydoréductase et la NO synthase endothéliale,

- qu’ainsi, via sa réduction en oxyde nitrique NO, l’ion nitrite NO2- est en mesure d’exercer un effet vasodilatateur.

 [A suivre]

This entry was posted in Appréciation d'ensemble nitrate santé, Métabolisme des nitrates, Métabolisme des nitrites and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.